Exploration d'une minière à Courcelon - La Fortaine

L'ouverture d'une petite minière ayant été repérée, les membres du GAF décidèrent de l'explorer en 2003.
Les traces de nombreux travaux miniers se retrouvent dans les environs. On distingue entre autres des scories d'un bas fourneau médiéval à 50 m de la minière et une importante installation de lavage de minerai du 19e siècle.
Le plan, et trois coupes verticales sur les axes de direction, furent relevés. L'utilisation du théodolite n'étant possible que pour la partie visible de l'entrée, les autres mesures furent effectuées manuellement. Cette méthode donne lieu a une précision relative, mais suffisante vu son volume réduit.

C-C'. Le couloir d'accès, perpendiculaire à la pente du terrain naturel, s'enfonce dans le flanc de la montagne, direction nord. Après le déblaiement de surface pour libérer le passage, il résulte une pente descendante d'environ 30°.
A-A'. A l'extrémité du couloir d'accès un brusque virage de 90° vers la gauche (ouest) est amorcé. Un second couloir conduit vers la partie 3.
B-B'. Cette partie de la cavité consiste en une chambre ovoïdale dont l'axe principal est perpendiculaire au second couloir. Le fond de la chambre est baignée d'une flaque d'eau de 15 cm de profondeur.

L'ensemble de la cavité est creusé dans une argile rouge très compacte et très dure, ce qui explique sa bonne conservation. Des taches blanchâtres de calcite recouvrent certaines parties du plafond et des parois. De nombreux pisolithes sont encore apparents, principalement dans la partie B-B' qui devait représenter une poche de minerai assez riche. Les mineurs ont atteint cette poche en creusant une galerie à angle droit. On peut supposer que la partie A-A' formait la prolongation de la poche de minerai et que les mineurs ont simplement suivi ce filon. A l'intérieur, vers le coude de la galerie, fut découvert un important lot d'os d'animaux, restes d'une dizaine de très jeunes veaux et une mâchoire de canidé. La cavité a ainsi certainement été utilisée comme dépotoir après son exploitation.

Vue vers l'extérieur

Nappe d'eau au fond de la minière
La forme générale de la galerie, l'environnement, de même que la présence de minerai et de bolus à l'intérieur permettent d'affirmer avec certitude que cette cavité est le résultat de travaux de recherche de minerai de fer.
Aucun outil ou pièce de bois qui permettrait une datation du site n'a été repéré. On sait que le minerai de fer était déjà exploité à Courcelon pour les usines du prince au début du 18e siècle. On peut même rêver d'une structure médiévale, vu la proximité d'un champ de scories de bas fourneau.
Publication : Rais François, Exploitation de minerai de fer à La Fortaine, Courcelon. Actes 2005 de la Société jurassienne d'Emulation.