Editorial du dernier bulletin

Edito du numéro 92 de GENEALOGIE JURASSIENNE

L’héritage de François,

Avec la disparition subite de François Kohler, le cercle généalogique de l’ancien Evêché de Bâle se trouve à un tournant. François était l’âme du Cercle, fondateur et cheville ouvrière dès sa création, il avait façonné le CGAEB à ce qu’il se faisait de l’idée de la généalogie. Tout dans le cercle a son empreinte, sa marque de fabrique.

Ceux qui, aujourd’hui sont chargés de poursuivre son idée n’étaient pas là lors de la création du Cercle. C’est dire qu’une coupure est apparue.

Il s’agit maintenant, non seulement, de poursuivre mais aussi d’amener des idées nouvelles pour que le CGAEB se perpétue aussi bien dans la direction que François lui a donnée, que pour s’adapter aux défis du XXIème siècle. Se souvenir qu’un des buts principaux est L’ENTRAIDE

D’une vingtaine de personnes au départ, le Cercle est aujourd’hui fort de 200 membres. Chacun doit se sentir responsable, le Cercle n’est pas une assurance, il ne suffit pas de verser sa cotisation pour que tout fonctionne. Chacun doit, à son niveau, apporter un peu du ciment qui va construire l’assise sur laquelle le cercle se développera, et cet avenir commence aujourd’hui déjà, poursuivre les chantiers en cours. Je pense en particulier aux questions/réponses, aux bulletins, aux conférences trimestrielles et, en particulier aux relevés systématiques des registres paroissiaux et d’état civil.

Sous l’impulsion de François, près de cinquante personnes travaillent à cela. Près de 226’000 actes ont été relevés, un travail gigantesque pour un petit cercle, le seul de Suisse à s’y être attelé, et la tâche ne fait que commencer. Une aide fantastique pour les membres du Cercle, pouvoir depuis son salon lire un acte transcrit en clair, un luxe qu’il faut savoir apprécier à sa juste valeur. Les heures que les dépouilleurs ont passées à lire des actes en latin, et pas toujours bien écrits, ne sont pas toujours valorisées à leur juste travail par ceux qui en profitent.

Nous avons encore et toujours besoin de bénévoles, alors participez, que ce soit au dépouillement, en relecture ou tout autre action où vous vous sentez à l’aise.

François faisait tout, les bulletins, les conférences, les convocations et bien d’autres choses. Cela ne doit plus en être ainsi, le bureau a besoin de se renforcer, de trouver des forces nouvelles. Toute personne intéressée à s’investir un peu est la bienvenue. Je suis sûr que vous y trouverez un thème qui vous rendra heureux.

C’est seulement si chacun se sent responsable d’appartenir au Cercle généalogique de l’ancien Évêché de Bâle que nous pourrons prendre le virage qui nous est présenté, et ainsi, continuer à prospérer pour le plaisir de chaque membre.

Joël Etique