Editorial du dernier bulletin

Edito du numéro 96 de GENEALOGIE JURASSIENNE

Le mot du président

A tous une belle année 2018
Notre cercle, comme tous les autres, n’échappe pas au problème de renouvellement. Si, aujourd’hui, les
membres ne sont pas en chute libre nous le devons aux relevés systématiques, et surtout à ceux qui
s’activent à les enrichir, mais nous y serons confrontés dans un proche avenir.

Aujourd’hui, ce qui est préoccupant, c’est le renouvellement du bureau… personne pour y consacrer un
peu de temps. Dans un cercle de plus de 200 personnes… il n’est pas possible de renouveler le bureau ! Il n’est pas possible de trouver un président ! À ce rythme le cercle n’existera plus dans pas longtemps !
Faute de dirigeant, le cercle s’éteindra de lui-même.

Lorsque j’ai accepté le poste, j’ai précisé que j’acceptais pour deux ans. J’arrive au terme de ces deux ans
et il n’a toujours pas été possible de trouver un successeur.

Pour ma part, je ne prolongerai pas. Orientant ma vie vers d’autres horizons je ne serai plus présent sur
place pour diriger le cercle. C’est dire que le problème est urgent… il n’y aura bientôt plus de président !
Il doit quand même être possible que, parmi les 210 membres l’on puisse trouver 2 ou 3 personnes tous
les 2 à 3 ans pour permettre un renouvellement des membres dirigeants, et qu’ainsi, au sein du bureau,
il soit possible que chacun prenne la présidence pendant 2 ans.

L’environnement change, l’attente des chercheurs aussi. Pour que notre association s’en sorte il faut
définir sa raison d’être, et cela, en phase avec les membres… en fait, prendre plaisir à faire de la
généalogie.

Trouver des dirigeants qui s’engagent pour quelques années et donner l’envie à chaque membre de
s’engager. Avoir en continu un roulement au sein du bureau qui permette d’amener des idées nouvelles
et de, sans cesse, réfléchir à ce que nous voulons. Que celui qui prenne une charge sache que ce n’est pas
à perpétuité, qu’il y a quelqu’un derrière pour poursuivre.

Les idées pour rendre le cercle plus vivant ne manquent pas :
• Associer la généalogie à l’histoire… peut-être ainsi plus de jeunes seront intéressés.
• Au-delà des relevés, pourquoi ne pas créer des arbres par village ?
• Participer à des fêtes de village
• Ce ne sont que quelques pistes qui devraient permettre de dépoussiérer. Peut-être ainsi la
participation des membres serait plus intéressante, ils y prendraient plus de plaisir… après c’est
communicatif

Pour ma part, j’ai essayé de faire passer le cercle à l’heure numérique. Nouveau site internet, plus de
présence, d’information. Employer davantage les moyens d’information électronique. Sur les 210
membres que compte le cercle, seuls 10 n’ont pas d’adresse mail. Convaincre les personnes qu’il est
nécessaire de faire ce pas, de montrer qu’aujourd’hui, une partie des recherches passe par là.

Maintenant il est urgent que le cercle définisse ses objectifs. Quels sont les choix de tous ses membres.
Que chacun se sente responsable de la vie du cercle. Ce sera le travail de cette année, et il y va de la survie
du cercle.

Joël Etique